Lyne Ducharme, représentante des personnes atteintes

Lyne Ducharme

Mon nom est Lyne Ducharme. Je suis originaire de La Tuque, mais je vis à Trois-Rivières depuis plus de 20 ans. J'ai travaillé pour les Caisses Populaires Desjardins pendant presque 20 ans, et durant 5 ans pour la Régie de l'assurance automobile du Québec.

Je suis née le 23 février 1961 et en 1979 un accident de la route bouleversa ma vie. J'ai dû réapprendre à marcher, à manger, à reconnaître ma famille. Tout ce que je sais de la période avant mes 18 ans, ce sont les membres de ma famille qui me l'ont raconté. Je ne peux pas mettre d'images sur ces événements.

Ce que je sais, c'est que la vie vaut la peine d'être vécue jusqu'au bout de notre chemin.

Je suis atteinte d'hypertension artérielle pulmonaire depuis l'an 2000. Cela a pris quatre ans avant que l'on mette un nom sur ma maladie. Au début, on m'a traitée pour les nerfs, par la suite, pour l'asthme. Quand je me suis mise, en 2004, à faire syncope par-dessus syncope on m'a référée à l'Hôpital Laval de Québec où l'on a découvert le mal qui me hantait tant. Le Bosentan a été mon premier médicament. Comme ma condition se détériorait, on est passé au Flolan.

Quand je suis retournée à la maison, dans ma région, je me suis sentie seule au monde, sans personne pour me comprendre. Mais j'ai appris en cherchant sur le " Net " qu'il y avait un site en France où les patient(e)s pouvaient discuter entre eux. Je me suis inscrite dans ce groupe et c'est là que j'ai fait connaissance d'Isabelle Cormier qui est devenue ma meilleure amie. Elle a été d'un grand soutien pour moi. J'ai rapidement compris que, comme elle, je voulais aider les gens à ne plus se sentir seuls face à ce terrible diagnostic. Je me suis mise à partager mon vécu, au début par de petites rencontres dans les restaurants, et maintenant sur Facebook.

Je suis très honorée d'avoir été demandée par le conseil d'administration pour succéder à Isabelle. Je m'engage à mettre en application ma devise : " Il ne faut pas rester seul(e) face à cette maladie, il faut partager ! "